mardi 28 mars 2017

Blow Out

de Brian De Palma avec John Travolta, Nancy Allen, John Lithgow...

John - Travolta, pas Lithgow. Lui, Lithgow, il joue le méchant - est bruiteur au cinéma. Un soir qu'il enregistre des sons dans un parc, il va capter le bruit d'un accident de voiture. Est-ce vraiment un accident ? Ce qui est sur sa bande prouve le contraire.

Au détour d'un zapping désabusé un soir de disette télévisuelle, boum qu'est-ce qui passe sur Arté ? Mais non, pas La soupe aux choux, couillon, ce flim-ci, Blow Out. Ca doit bien faire mille ans que je ne l'ai plus vu. La tête de Travolta, légèrement floue derrière son micro est à la base de tellement de choses... Vous n'imaginez même pas... Hop, visionnage.

Je ne me souvenais pas Lithgow dans le rôle du méchant de service, ni du fait que le doublage français, surtout de Nancy Allen, était aussi pénible. Je ne me souvenais pas non plus à quel point le scénar est bourré d'intrigues non abouties et de personnages oubliés. C'est dingue. Lithgow ne joue qu'un homme de main prenant quelques initiatives, et ses commanditaires, qui n'interviennent que dans quelques scènes, ne seront jamais inquiétés. Même leurs motivations, pourtant à la base du récit, ne seront jamais clairement définies. Et ne parlons pas des seconds rôles - le flic, le photographe - c'est pire.

Ajoutons à cela que Blow Out est en définitive peu représentatif de l'oeuvre de son réalisateur - un seul split-screen au début, une seule scène un peu voyeuriste, un seul plan réellement idiot, impossible de me souvenir s'il y a oui ou non une paire de nichons à l'air... Dans le doute on va dire qu'il n'y en a pas - j'en viens donc à me demander pourquoi j'aime bien ce flim. Madeleine de Proust ? Peut-être.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire